Quelques nuits en yourte…

with Aucun commentaire

Nous avons séjourné cinq jours dans la Grande Ourse du Gollé Goulu au début de janvier. Non seulement elle est superbement bien située, en hauteur, à proximité d’un ruisseau, entourée d’arbres, mais elle est aussi impeccablement aménagée (il paraît que c’est un artisan ébéniste de Mirabel qui a conçu l’essentiel des meubles, en pin de Saint-Côme et en frêne, expressément pour la Grande Ourse!).

La Grande Ourse, c’est un peu la grande sœur de la Petite Ourse : la première est une vaste yourte qui peut loger jusqu’à huit personnes (et peut-être dix si on triche un peu!), la seconde est une « witente », beaucoup plus petite, mais tellement charmante, surtout lors des belles saisons quand on peut cuisiner à l’extérieur. Comme tous les gites du Gollé Goulu, ces deux tentes possèdent tout ce qu’il faut pour cuisiner : de la plaque au propane aux ustensiles en passant par tasses et théières pour s’assurer un breuvage chaud et réconfortant après une journée bien remplie sur le site quand il fait frisquet.

Nous avons en effet profité pleinement des sentiers de raquette, de la patinoire et nous attendons un prochain séjour pour essayer le réseau de ski de fond que le Gollé Goulu partage avec le village de Saint-Côme. Il y a aussi des traineaux mis à la disposition des campeurs pour glisser dans le champ du Gollé, là où l’été foisonnent les bleuets sauvages!

En plein cœur d’un janvier plutôt « frette », on a été heureux d’avoir apporté pantoufles, vestes de laine, doudous et sac de couchage bien chauds. Munis de ces protections, nous avons passé un séjour vraiment enchanteur, lumineux (vive l’éclairage à l’énergie solaire, jusque dans la toilette!) et ressourçant… Il faut dire que dans les froidures où le thermomètre oscille entre des moins 25 et des moins 35, l’idée de se lever la nuit pour bourrer le poêle et peut-être d’affronter le dehors pour se rendre aux toilettes sèches nous a fait retrouver le coureur ou la coureuse des bois en nous!

Marie, Alexandre et leurs deux filles, Alice et Marguerite.